cadre   - Nous sommes le Jeudi 14 Décembre 2017 et il est 05:07
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation YONNE 89 - Bourgogne -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 89
  réunion du bureau décembre 2017
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
café rencontre saint yrieix
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

La répartition territoriale des groupes d’entraide mutuelle (GEM) 25 mai 2006

PARIS, 3 mai (APM) 
La répartition territoriale des groupes d’entraide mutuelle (GEM), subventionnée par le Plan psychiatrie et santé mentale (PSI) et destinée à la resocialisation des patients suivis en psychiatrie, va être davantage encadrée, a-t-on appris de sources associatives.
(...)
Claude Finkeistein pointe la disproportion entre le nombre de GEM créés par des patients et ceux créés par des associations de familles et souhaite un rééquilibrage.




SUITE DE L'INFORMATION

Le comité de suivi des GEM, réuni mardi au ministère de la santé, a pris la décision de mieux encadrer la création des structures, dont le rythme de création s’est accéléré, ont indiqué à L’APM des participants à la réunion.
Alors que je ministre de la santé, Xavier Bertrand, avait fait état mi mars de 144 créations de GEM depuis août 2 005, le chiffre est passé à 250 à fin avril. Sur la durée totale du PSI, il est prévu la création de 300 GEM, avec un financement de 20 millions d’euros, soit 75 000 euros par structure en moyenne.
Le comité de suivi comprend des représentants du cabinet du ministre de la santé, de la Direction générale de l’action sociale (DGAS), de la Direction générale de la santé (DGS), des Directions départementales et régionales, de la fédération des Patients de psychiatrie (Fnap psy), de l’Union nationale des amis et familles de malades psychiques (UNAFAM) et de la Fédération d’aide à la santé mentale Croix Marine.

« Nous avons demandé à disposer de plus de temps. Sinon, le risque est que le projet ne soit pas financé, parce que la subvention aura été accordée à une autre association dans laquelle il n’y a pas que des patients ».
Claude Finkeistein pointe la disproportion entre le nombre de GEM créés par des patients et ceux créés par des associations de familles et souhaite un rééquilibrage. « Un GEM géré par une association de familles de patients n’est pas perçu de la même façon par les patients, qui ont l’impression de rester sous tutelle. Or, le but des GEM est de redonner aux patients une autonomie, qu’ils gèrent eux mêmes des activités ».
Interrogé sur ce point, le président de l’UNAFAM estime que chaque GEM va évoluer et que, même si une association de familles est à l’origine de sa création, les patients vont petit à petit se l’approprier.
La Fnap psy est à l’origine de la création d’une quarantaine de structures, alors que l’UNAFAM a parrainé environ les deux tiers des créations.
« La décision a été prise de fixer à 3 le nombre de GEM par département, mais avec un nombre plus important pour les grandes métropoles. Des Gem de petite taille, recevant moins de 75 000 euros par an pour 2 ou 3 jours ce fonctionnement, seront également financés », a déclaré à L’APM la présidente de la Fnap psy, Claude Finkeistein.


« Une planification de la répartition départementale et régionale va être définie, pour étaler leur répartition sur la tranche de création qui va venir. Il n’y aura pas de financement automatique pour les dossiers déposés », a indiqué à l’APM le président de l’UNAFAM, Jean Canneva. Les critères de subventionnement vont être rappelés aux DDASS, pour préciser aux structures créées qu’elles doivent répondre au cahier des charges défini dans la circulaire du 29 août 2 005 et que les financements seront revus si nécessaire. Une circulaire va être diffusée aux DDASS et aux Drass pour faire connaître ces Orientations.
En conséquence, l’enveloppe budgétaire allouée restant identique, le nombre de Gem va pouvoir dépasser le chiffre initialement annoncé de 300, note-on.

« Nous n’admettrons que les projets qui proposent des projets en accord avec l’esprit de la circulaire du 29 août. » Souligne Jean Canneva.
« Le mouvement actuel très positif le plus important est d’offrir une structure aux usagers qui il faut le rappeler ne demandent rien. La structure du GEM est très originale, elle propose mais n’impose rien, dans le but de reconstituer du lien social, hors de toute situation d’urgence, comme c’est la logique habituelle. Le but est de modifier le mental des patients, des soignants des sociaux et des familles ».

 

Imprimer cette news



bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation YONNE 89 - Région Bourgogne
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales