cadre   - Nous sommes le Mardi 21 Novembre 2017 et il est 11:01
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation YONNE 89 - Bourgogne -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 89
  conférences en nov avec l'udaf harcèlement scolaire et tuteurs familiaux
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
le lien n°63 sur les semaines d'information sur la santé mentale
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

UMD:UN DECRET EN PREPARATION 21/11/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In Psychiatrie et santé mentale

site d'informations d'intérêt national, de témoignages, de réflexions et de propositions

UMD: UN DECRET EN PREPARATION

21 novembre 2015

Un projet de décret, actuellement soumis à concertation, réglemente le fonctionnement des unités pour malades difficiles (UMD) à la suite de la suppression de leur statut législatif par la loi du 27 septembre 2013.

Il précise les conditions d’admission et de sortie dans ces unités et crée des commissions de suivi médical (CSM) dans les départements.

Les parlementaires ont en effet souhaité l’abrogation du statut légal de ces unités pour réaffirmer leur caractère thérapeutique et non « sécuritaire ». Or la nécessité de redéfinir un cadre à leur fonctionnement a commencé dès lors à se faire ressentir avec l’émergence d’inquiétudes chez les acteurs concernés, notamment des directeurs d’hôpitaux.

Pour lire la suite, cliquer sur la cible

Ci-dessous



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


MISSION DESAULLE: UNE REPONSE ACCOMPAGNEE POUR TOUS 12/11/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In Site du Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes

JOURNEE DE LANCEMENT "UNE REPONSE ACCOMPAGNEE POUR TOUS"

10 novembre 2015

Mardi 10 novembre 2015, Ségolène NEUVILLE, Secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion auprès de Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, a réuni les 23 départements pionniers qui se sont engagés pour déployer le projet « une réponse accompagnée pour tous ».

Cette journée, introduite par Denis PIVETEAU auteur du rapport « Zéro sans solution. Le devoir collectif de permettre un parcours de vie sans rupture, pour les personnes en situation de handicap et pour leurs proches » et Marie Sophie DESAULLE, chargée du pilotage du projet « une réponse accompagnée pour tous » sera clôturée par Ségolène NEUVILLE.

Cette journée a permis aux 4 pilotes des 4 axes de présenter leur méthode autour de tables rondes. La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) qui a contribué à l’organisation de cette journée est chargée d’une fonction d’appui et de capitalisation auprès des sites pionniers.

Pour lire la suite Cliquer sur la CIBLE ci-dessous



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


VERS UN NOUVEAU PROTOCOLE DES DROITS DE L'HOMME EN PSYCHIATRIE 06/11/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

VERS UN NOUVEAU PROTOCOLE DES DROITS DE L'HOMME EN PSYCHIATRIE - CONSEIL DE L'EUROPE

Lors de sa 40ème réunion plénière (21-23 juin 2011), le Comité Directeur pour la Bioéthique (CDBI) est convenu d’inscrire la préparation d’un nouveau protocole additionnel relatif à la protection des droits de l’homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux aux programmes de travail pour 2013.

La Convention sur les Droits de l’Homme et la biomédecine (STCE n°164, Convention d’Oviedo), vise à protéger l’être humain dans sa dignité et son identité et à garantir à toute personne, sans discrimination, le respect de son intégrité et de ses autres droits et libertés fondamentales à l’égard des applications de la biologie et de la médecine.

Pour lire la suite CLIQUER sur la cible ci-dessous



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


SUISSE - INFIRMIER: UN ROLE MAJEUR POUR LE RETABLISSEMENT 02/11/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In LE DEVOIR Libre de penser (Suisse)

Infirmier : un rôle majeur pour le rétablissement

23 mai 2015 | Ludivine Maggi - Collaboratrice | Santé

Jérôme Favrod est professeur et infirmier clinique en psychiatrie communautaire en Suisse.

Photo: Jérôme Favrod Jérôme Favrod est professeur et infirmier clinique en psychiatrie communautaire en Suisse.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

« Même le meilleur psychiatre du monde aura toujours besoin d’infirmiers compétents pour traiter un patient atteint de troubles mentaux », assure Jérôme Favrod, en poste conjoint de professeur à l’Institut et Haute École de la santé La Source et d’infirmier spécialiste clinique dans le service de psychiatrie communautaire du Département de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), à Lausanne, en Suisse. Spécialiste de la schizophrénie, M. Favrod attribue, entre autres, son intérêt pour ce trouble à la lecture des ouvrages de deux psychiatres, Ronald David Laing et David Cooper, fervents partisans de l’antipsychiatrie. Une théorie visant la disparition des hôpitaux psychiatriques et l’intégration des malades mentaux en tant que citoyens à part entière dans la société. Une vision largement partagée par l’infirmier et qui confirme son engagement au sein d’un service communautaire.

Pour lire la suite Cliquer sur la cible



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


CANADA: Témoignages - MALADIES MENTALES: EVITER DE SOMBRER 28/10/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In La Presse.ca

27 octobre 20154

MALADIES MENTALES: EVITER DE SOMBRER

 

Elle n'est pas contagieuse, mais touche lourdement ceux qui vivent avec le... (123RF/Brian Jackson)

123RF/Brian Jackson

Isabelle Dubé
La Presse
 
Elle n'est pas contagieuse, mais touche lourdement ceux qui vivent avec le malade, notamment en raison des préjugés de la société. Comment faire pour tenir le coup lorsqu'un de nos proches est atteint d'une maladie mentale ? Où trouver les ressources pour garder le moral et éviter à notre tour de sombrer ?
Isabelle Dubé fait le point.
 
Pour lire la suite, cliquer sur la cible ci-dessous
 


- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Unités pour malades difficiles (UMD): Un cadre réglementaire nécessaire ?

Article sélectionné par Jean-Claude

In Psychiatrie et Santé Publique  site d'informations d'intérêt national, de témoignages, de réflexions et de propositions

UNITES POUR MALADES DIFFICILES (UMD): UN CADRE REGLEMENTAIRE NECESSAIRE ? 

Publié le 19 octobre 2015

 

Réunie en séance plénière le 30 septembre, la Conférence nationale des présidents de commission médicale d’établissement (CME) de centres hospitaliers spécialisées en psychiatrie (CHS) a validé des propositions et recommandations dans le cadre de ses travaux «Secteur 2015».

Ces recommandations concernent notamment les Unités pour malades difficiles (UMD). La Conférence réclame l’élaboration d’un cadre réglementaire pour définir le fonctionnement des UMD. En effet, la loi du 27 septembre 2013 a abrogé le statut légal de ces unités, pour réaffirmer leur caractère thérapeutique et «non-sécuritaire». Un contexte qui provoque une inquiétude chez les acteurs concernés, notamment les directeurs d’hôpitaux. En mai 2014, le Gouvernement a annoncé un futur décret ad hoc, qui est toujours en attente…

La conférence demande aujourd’hui en conséquence que « le fonctionnement des UMD repose sur un texte réglementaire qui en définisse clairement les missions et les critères administratifs d’admission et de sortie».

Pour lire la suite, cliquer sur la cible:



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


POURQUOI LE CERVEAU EST CONCU POUR CREER DES HALLUCINATIONS 19/10/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In ATLANTICO.fr Un vent nouveau pour l'info

18/10/2015

POURQUOI LE CERVEAU EST CONCU POUR CREER DES HALLUCINATIONS 

Souvent associé aux troubles psychotiques, les hallucinations pourraient résulter d'un processus naturel utilisé par le cerveau pour appréhender le sens du monde.

image: http://www.atlantico.fr/sites/atlantico.fr/files/styles/une/public/images/2015/05/neuro.jpg

Pourquoi le cerveau est conçu pour créer des hallucinations

  Alexandre Baratta

Psychiatre, Praticien Hospitalier Expert près la Cour d’Appel de Metz Correspondant National de la Société Médico Psychologique Expert associé à l’Institut Pour la Justice

 

Atlantico : A l'issue d'une étude menée au Département de psychiatrie de l'Université de Cambridge, il apparaît que le cerveau humain soit conçu pour créer des hallucinations et ce, en dehors de toute maladie mentale. Comment qualifiez-vous ces hallucinations ? A quoi servent-elles dans notre psychisme ?

Alexandre Baratta : En réalité, le cerveau n’est pas programmé dans le but de créer des hallucinations. C'est seulement dans certaines conditions de stimulations – comme des figures géométriques par exemple – que le cerveau humain va reconstruire une image et donner du sens à un stimulus qui, à la base, n’en avait aucun. Il ne s’agit pas à proprement parler d’hallucinations visuelles mais d’illusions visuelles, qui n'ont pas de rapport avec les hallucinations observées dans les maladies mentales. Ce phénomène d’illusions n’a rien de nouveau : il est connu et documenté de longue date.

A: Comment faites-vous donc pour discerner les hallucinations symptomatiques d'une pathologie mentale des hallucinations "normales" ? Cette étude permet-elle de mieux soigner les phénomènes hallucinatoires pathologiques ?

A B: Les phénomènes hallucinatoires peuvent se rencontrer dans une multitude de maladies, que celles-ci soient neurologiques (démence à corps de Lewy, épilepsie, tumeurs cérébrales, etc), psychiatriques (schizophrénie par exemple, psychose hallucinatoire chronique, etc) ou métaboliques (intoxication au monoxyde de carbone, consommation de stupéfiants, etc).

Plusieurs modalités hallucinatoires existent :  elles peuvent être visuelles, auditives (voix venant du dehors), intrapsychiques (voix dans la tête) ou cénesthésiques (impression d’insectes sous la peau).

Les phénomènes hallucinatoires sont nombreux et peuvent s’inscrire dans des maladies diverses et variées. Mais ce n’est pas l’hallucination qui va permettre de poser le diagnostic. Ce sont les autres signes de la maladie. Un syndrome parkinsonien associé va par exemple orienter vers une démence à corps de Lewy. Un délire mystique - un individu se prenant pour Dieu par exemple - pourra être un schizophrène ou un sujet ayant simplement consommé des stupéfiants. Un syndrome confusionnel va orienter vers une intoxication à un produit lambda (monoxyde de carbone, neurotoxine, etc). Un individu présentant des vomissements en jet et des céphalées sera suspect d’une tumeur cérébrale. Un mouvement anormal d’un membre va orienter vers une origine épileptique.

Les résultats de cette étude ne permettent donc pas une meilleure prise en charge des hallucinations. En revanche, ces travaux démontrent - après une série de précédentes études similaires - que des illusions visuelles sont possibles en dehors de toute pathologie neurologique ou psychiatrique.

 

Quant au traitement des hallucinations en général, il reste inchangé dans la mesure où celles-ci ne constituent qu’un élément parmi d’autres d’une maladie neurologique ou psychiatrique.

L'étude démontre aussi que le processus hallucinatoire est plus développé chez les patients atteints d'une maladie mentale, notamment chez les psychotiques. Est-ce que cela signifie que les personnes atteintes de ces pathologies mentales ont une meilleure appréhension du monde que leurs congénères "sains d'esprit" ?

Les hallucinations peuvent constituer un signe de maladie neurologique ou psychiatrique à côté des autres symptômes de ladite maladie. Des schizophrènes peuvent présenter des hallucinations auditives par exemple (ils ne souffrent jamais d’hallucinations visuelles). Mais il ne s’agit pas d’un phénomène constant, loin de là. De très nombreux psychotiques ne présentent jamais d’hallucinations : tous les hallucinés ne sont pas psychotiques et tous les psychotiques n’hallucinent pas.

Une personne souffrant de schizophrénie aura tendance à être coupée du monde et n’a pas une meilleure appréhension du monde, bien au contraire. Il s’agit de la 6ème cause de handicap mondial et les troubles psychotiques sont à l’origine de nombre de désinsertion sociale, par rupture de contact avec la réalité.



- Imprimer cette info

RECHERCHE EN SANTE MENTALE: COMBLER LE RETARD FRANCAIS 17/10/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In Figaro.fr santé

ImageForum

Un infirmier avec une patiente dans l'unité psychiatrique d'un hôpital de Haute-Savoie.

 

 Recherche en santé mentale : combler le retard français

Par figaro icondamien Mascret - le 16/10/2015
 
Notre pays ne consacre que 2 à 4 % de son budget de recherche à des maladies pourtant très fréquentes.

«Nous sommes des patients devant les médecins et des citoyens en dehors», expliquait, le 6 octobre à Paris, Claude Finkelstein, présidente de la Fédération nationale des associations d'usagers en psychiatrie (Fnapsy). Environ 12 millions de Français souffrent de maladies mentales, de l'autisme aux troubles anxieux en passant par les TOC, la schizophrénie ou la dépression.  Une telle fréquence aurait dû banaliser la maladie mentale. Mais notre société est encore bien frileuse avec ce qui lui fait peur.

Les coûts associés aux pathologies psychiatriques atteignent un total de 109 milliards d'euros par an (sans compter les maladies neurologiques telles qu'Alzheimer ou la maladie de Parkinson, souvent confondues avec les maladies mentales par le grand public). Au risque de heurter la sensibilité des malades et de leurs proches,les économistes n'ont donc pas peur de parler du "fardeau des maladies mentales", avec l'espoir que les décideurs politiques en prennent conscience.

Pour lire la suite cliquer sur la cible:



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


JOURNEE DE LA REHABILITATION PSYCHOSOCIALE NIORT 13/10/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

JOURNEE DE LA REHABILITATION PSYCHO-SOCIALE

JEUDI 5 novembre 2015 de 13h30 à 18h

Amphithéâtre du Centre de formations paramédicales

CENTRE HOSPITALIER DE NIORT

organisée par l'Agence Régionale de Santé Poitou-Charentes et le Centre hospitalier de Niort

PROGRAMME

PRESENTATION DU CAHIER DES CHARGES DE LABELLISATION des structures de Réhabilitation psycho-sociale

CONFERENCE SUR LA PLACE DE LA REHABILITATION PSYCHO-SOCIALE dans l'Accompagnement des personnes en situation de Handicap Psychique

TEMOIGNAGES D'ACTEURS REGIONAUX

Clôture: Dr Dominique FIARD

 

Qu'est-ce que la "réhabilitation Psychosociale" ?

Elle vise à promouvoir la réinsertion sociale et/ou professionnelle des personnes en s’appuyant sur la remédiation cognitive, l’entrainement aux habiletés sociales, la psychoéducation tout en replaçant l’individu dans son contexte (avec ses ressources propres, sa personnalité, son état émotionnel…).

Les interventions de réhabilitation participent au processus de rétablissement de la personne en situation de handicap psychique. La région Poitou-Charentes dispose de plusieurs structures de réhabilitation psychosociale et de projets en cours d’élaboration ou de réalisation dans ce domaine.

L’ARS Poitou-Charentes a décidé de soutenir ces orientations et dans ce cadre a élaboré un cahier des charges de labellisation. Cette rencontre professionnelle permettra de présenter le cahier des charges régional de labellisation et des équipes qui travaillent dans ce champ.

VENEZ NOMBREUX le JEUDI 5 NOVEMBRE 2015

Prenez connaissance :

du Flyer Programme de la Journée avec le COUPON D'INSCRIPTION  cliquer ici

de la Brochure REHAB cliquer ici

       

 



- Imprimer cette info

Belgique: TROP D'INTERNES PSY DANS LES PRISONS 05/10/2015

Article sélectionné par Jean-Claude

In l'Avenir.be

INTERNEMENT : UN 3ème CENTRE DE PSYCHIATRIE LEGALE

jeudi 27 août 2015 06h00 - L'Avenir

Ces centres travaillent aussi sur la réintégration des internés dans le circuit régulier.

Ces centres travaillent aussi sur la réintégration des internés dans le circuit régulier.-Belga

Il prévoit dès lors l’ouverture d’un 3e centre de psychiatrie légale (CPL). Le lieu et la capacité de cette nouvelle institution ne sont pas encore connus. Le CPL de Gand, qui peut accueillir 264 internés, est presque complet et le manque de places demeurera après l’ouverture du centre d’Anvers (182 places).

La Belgique a été condamnée plusieurs fois parce que des personnes ayant le statut d’interné étaient enfermées en prison. Sur les 4 000 internés que compte le pays, près d’un millier se trouve dans cette situation. Outre Gand et bientôt Anvers, les autres séjournent au centre de soins psychiatriques Les Marronniers à Tournai (350), au Chêne aux Haies à Mons (30), sont placés dans le circuit de soins externes (143) ou sont libérés à l’essai (plus de 2 000).

«Le bâtiment d’Anvers sera mis en service dans le courant de 2016, explique Koen Geens. L’objectif de ces centres est de fournir un traitement psychiatrique adapté dans un environnement sécurisé.»

Pour lire la suite, cliquer sur la cible



- Imprimer cette info -

Lire la suite....... lire la suite.......


Ces actualités sont visibles sur les sites Internet des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972 dont le contact presse est : Marie
Seules les actualités marquée du signe * sont en provenance du siége de l'UNAFAM dont le contact presse est : Anne Pierre-Noël

10 précédentes  10 suivantes
(1) (2) (3) (4) (5) (6) (7) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14) (15) (16) (17) (18) (19) (20) (21) (22) (23) (24) (25) (26) (27) (28) (29) (30) (31) (32) (33) (34) (35) (36) (37) (38) (39) (40) (41) (42) (43) (44) (45) (46) (47) (48) (49) (50) (51) (52) (53) (54) (55) (56) (57) (58) (59) (60) (61) (62) (63) (64) (65) (66) (67) (68) (69) (70) (71) (72) (73) (74) (75) (76) (77) (78) (79) (80)

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation YONNE 89 - Région Bourgogne
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales